Xalbadoren Heriotzean

Adiskide bat bazen orotan bihotz bera,
Poesiaren hegoek
Sentimentuzko bertsoek antzaldatzen zutena.

Plazetako kantari bakardadez josia,
Hitzen lihoa iruten
Bere barnean irauten oiñazez ikasia, ikasia.

Nun hago, zer larretan
Urepeleko artzaina,
Mendi hegaletan gora
Oroitzapen den gerora
Ihesetan joan hintzana. (bis)

Hesia urraturik libratu huen kanta
Lotura guztietatik
Gorputzaren mugetatik aske senditu nahirik.

Azken hatsa huela bertsorik sakonena.
Iñoiz esan ezin diren
Estalitako egien oihurik bortitzena, bortitzena.

Nun hago


Traduction :

Il y avait un ami, un ĂȘtre profond et sensible
transfiguré par les ailes de la poésie,
par les vers surgis d’un profond sentiment intĂ©rieur.

Un chanteur qui parcourait les places, transi de solitude
qui avait appris dans la douleur Ă  tisser les mots pudiquement,
Ă  partir de l’incorruptible vĂ©ritĂ© de son ĂȘtre intĂ©rieur.

OĂč es-tu, dans quels pĂąturages,
berger d’Urepel ?
toi qui as fui
vers les flancs de la montagne,
vers les lendemains qui demeurent dans le souvenir. (bis)

Tu as libéré la chanson en démolissant les barriÚres
cherchant avec ardeur
la liberté au-delà des attaches et des limites du corps.

transformant ainsi ton dernier soupir dans le vers le plus profond,
en un cri violent
de vĂ©ritĂ©s insondables qui ne peuvent jamais ĂȘtre exprimĂ©es.

OĂč es-tu