Orhiko txoria

Orhiko xoria Orhin bakean da bizitzen,
Bere larre sasietan ez da hura unhatzen;
Han zen sortu, han handitu, han ari zen maitatzen,
Han bere umen artean, goxoki du kantatzen.

Urusa harek bezala egiten dakiena!
Orhin sortu eta Orhin gazte zahartzen dena!
Aditzez baizen ez daki zer den kanpoko ona,
Bainan aldiz jastatzen du etxeko zoriona.

Etxean pena guziak dirade kontsolatzen;
Etxean zauri minenak noratbait ere hasten
Irriak, solas gozoak, non dirade han baizen,
Gau-aldera familia denean bateratzen?

Familiako bizia, zein zaren plazertsua!
Zutaz gabetua dena zertaz da gabetua?
Umezurtza baten pare dabila herratua,
Ezin bere bihotzaren aurkituz sosegua.

Traduction :
L’oiseau d’Orhy

L’oiseau d’Orhy vit en paix à Orhy ;
dans ses pâturages et broussailes, il ne s’ennuit pas.
Il y est né, il y a grandi, il y aime
et y chante joyeusement au milieu de ses petits.

Heureux qui sait faire comme lui,
né à Orhy et qui y vieillit en restant jeune !
Il ne connaît que par ouïe-dire, ce qui est bon dehors.
Mais il jouit du bonheur de la maison.

Ă€ la maison, toute les peines trouvent consolation.
Ă€ la maison, les blessures les plus profondes se referment.
Où sont les rires, les paroles douces, si ce n’est à la maison,
quand la famille se réunit, à la tombée de la nuit ?

Vie de famille, comme tu es source de joie !
Celui qui est privé de toi, de quoi n’est-il pas privé ?
Il erre à l’image d’un orphelin,
ne pouvant trouver le repos de son cœur.